Face à la digitalisation galopante de la société, les entreprises sont tenues de suivre le mouvement. Il ne s’agit pas ici d’un phénomène de mode, mais bien d’un changement vital pour la pérennité de toute organisation. Ainsi, la transformation digitale se présente aujourd’hui comme un besoin pour les entreprises. Mais amorcer le virage du numérique ne se fait pas au jugé. Il faut impérativement suivre une stratégie donnée pour être à même de faire les bons choix et obtenir les résultats escomptés. Quelle est donc la marche à suivre pour que cette transformation soit couronnée de succès ?

Comprendre la transformation digitale pour mieux l’appréhender

Digitaliser son entreprise ne se résume pas à la création d’un site internet dédié. La transformation digitale va beaucoup plus loin. Elle implique l’intégration par l’entité de tous les aspects du numérique dans ses différentes activités et dans son fonctionnement interne. Embrasser le digital induit par conséquent, une véritable métamorphose qui doit être maîtrisée de bout en bout. Aussi la transformation numérique marque une rupture avec le mode de fonctionnement traditionnel de l’entreprise et inaugure une nouvelle organisation, bien plus inclusive. Ici, il est question d’instaurer un modèle de travail, un management et une culture d’entreprise plus tournés vers le digital. La digitalisation de l’entreprise amène aussi à repenser son modèle économique et sa stratégie marketing pour gagner en performance et en compétitivité. Par où commencer ?

Transformation digitale de votre entreprise

Avoir une approche globale de la transformation digitale

Avant de penser digitalisation, il faut qu’il y ait au préalable une stratégie dégagée par l’entreprise. La transformation digitale ne doit pas être subie, elle doit plutôt servir un plan établi en amont. Ainsi, la seule présence en ligne de l’entité n’implique pas pour autant qu’elle est digitalisée. Il faut nécessairement que cette transformation digitale soit le reflet d’un plan cohérent et en rapport avec des objectifs clairs.

Idéalement, la marche vers le digital est initiée par le chef d’entreprise auquel il revient de piloter la stratégie digitale de la société. Mais pour être efficace, cette démarche doit être effectuée de façon conjointe avec toute l’équipe dirigeante et les collaborateurs. Impliquer ces différents acteurs est l’un des meilleurs moyens de leur inculquer une véritable culture digitale. Le facteur humain ne peut donc être négligé et se présente comme la clé de voûte d’une transition numérique réussie. Vous l’aurez compris, la transformation digitale est avant tout interne. Elle fait jouer plusieurs ressorts comme l’approche du travail et l’intégration d’outils collaboratifs (Dropbox, Trello, Evernote, Microsoft Teams, etc.)

L’intégration de ces différents outils permet de rendre les collaborateurs plus performants, autant en équipes que sur le plan individuel. La vulgarisation des outils digitaux, qu’ils soient génériques ou propres à l’entreprise, passe essentiellement par la formation du personnel. Cette étape est incontournable pour ancrer de nouvelles habitudes chez les collaborateurs et accélérer l’exécution de tâches redondantes. On dégage ainsi du temps pour des activités qui font réellement avancer l’entreprise. D’un autre côté, les collaborateurs ont les coudées plus franches pour tenir une fonction de conseil ou agir comme force de proposition. Cela fait sens d’autant plus qu’aujourd’hui, trouver du sens à son travail est l’un des enjeux des employés ou des salariés.

Maîtriser les enjeux de la transformation digitale

Les chefs d’entreprise ont bien intégré la nécessité de la transformation digitale, mais ils ne saisissent pas forcément tous les enjeux liés à une telle métamorphose. Cet exercice est essentiel pour avoir en avoir une meilleure lecture et proposer une feuille de route adaptée. D’emblée, il faut souligner que la transformation digitale conduit à une autre vision du travail. S’il y a bien eu des changements technologiques et techniques, on fait aussi face à une révolution culturelle qui vient bouleverser les codes de l’entreprise.

Dans cette configuration, la gestion des ressources humaines n’aura jamais été aussi stratégique. Elle a désormais comme ambition de remettre l’humain au cœur des décisions prises par la direction. L’objectif d’une telle démarche est de mettre les collaborateurs dans un environnement de travail plus stimulant. Ces conditions favorisent non seulement leur épanouissement, mais optimise également leurs performances et leur productivité.

Outre les changements à apporter à l’environnement de travail, il est aussi important de mettre en avant des modèles de travail plus collaboratifs. Cela permet de s’adapter plus facilement à la mobilité des travailleurs qui abolit les distances et relativise le concept de temps. On aura aussi compris avec le digital, que la notion de hiérarchie dans sa conception la plus rigoriste est désormais caduque. Elle a fait place à une transversalité du management qui s’affranchit de toute limite hiérarchique.

Le rendement des équipes s’en trouve ainsi grandement amélioré. Le management en lui-même gagne à être digitalisé, ce qui permet de simplifier les process et amène à des prises de décision plus rapides. Dans une logique de « Test & Learn », les initiatives sont encouragées et permettent d’expérimenter de nombreux process afin d’isoler ceux qui marchent vraiment. Dans ce schéma, les managers sont des têtes de pont qui ont le devoir de guider les équipes dont ils ont la responsabilité. De par le rôle qui leur est dévolu, ils doivent faire preuve de leadership et montrer l’exemple. Ils ont comme objectif de fédérer les collaborateurs pour en faire des porteurs actifs du désir de numérisation de l’entité.

Toujours dans un souci de performance et de productivité, il convient de s’approprier le modèle du télétravail qui s’impose progressivement comme une alternative au mode de travail classique. Pour l’implémenter de façon durable, la mise à disposition d’une boîte à outils adaptée est requise. On parle ici de tout ce qui touche aux plateformes collaboratives comme Google Workspace, Mailjet, Livestorm ou des outils dédiés à la vidéo-conférence.

 

Digitaliser en tenant compte du positionnement et des besoins de l’entreprise

Les entreprises ne sont pas toutes égales face à la numérisation. Certaines partent pratiquement de zéro, alors que d’autres sont déjà bien avancées dans leur processus de transformation. Il importe donc de se situer pour avoir la pleine mesure des efforts à consentir. Comme évoqué un peu plus haut, prendre la digitalisation par le bon bout dès le début est essentiel. C’est à chaque entité d’adapter les solutions technologiques existantes à son process et à son mode de fonctionnement. L’inverse serait peu concluant et peu pertinent. Il est par conséquent recommandé de définir dans un premier temps, un modèle d’affaires et un mode de fonctionnement clairs.

Vous n’aurez ensuite qu’à vous mettre en quête des supports technologiques appropriés sur lesquels déployer les modèles et les process conçus en amont. C’est la meilleure façon d’initier une transformation digitale viable et durable sans renier ses valeurs. C’est un détail qui a son importance, étant donné que les solutions technologiques changent en permanence, mais pas les bases sur lesquelles l’entreprise s’est construite.

En fonction du positionnement et des activités de votre entreprise, vous pouvez décider de la direction à donner à votre stratégie digitale. Ainsi, pour une société qui propose des produits à la vente, il est beaucoup plus pertinent d’investir dans la création d’un site e-commerce que d’un site vitrine. Selon que vous êtes un fournisseur en biens de consommation ou en services B2B, vos besoins seront respectivement orientés vers un ERP ou un CRM.

Avoir une bonne connaissance de ces outils permet d’en saisir les spécificités et les différences. Aussi si un ERP, aussi connu sous le vocable, Progiciel de Gestion intégré (PGI) est centré sur des processus qui ont déjà été réalisés, ce n’est pas forcément le cas d’un CRM. La définition de cette dernière, Customer Relationship Management, ou Gestion de la Relation Client en donne une autre approche. Ici, on s’intéresse à une solution tournée vers l’acquisition, la gestion et la fidélisation des clients.

Le modèle économique est un point critique auquel il faut toucher tôt ou tard pour assurer la transformation digitale de son entreprise. Aussi sensible soit-il, le business model est un élément dont dépend la pérennité et la survie de toute entité. Au vu de la mutation économique que connaît le marché, il est difficile de transiger sur ce point, au risque de mettre la clé sous la porte. On en veut pour preuve, la grande proportion des sociétés qui n’ont pas été en capacité de s’adapter à l’ère du numérique et qui ont fini par disparaître.

Dans une autre mesure, de grands groupes ou des multinationales se sont vu ravir des parts de marché par de nouveaux acteurs. Cela a créé une concurrence féroce dans des secteurs qu’on pensait jusque-là être la chasse gardée de grosses sociétés. En outre, une part significative du chiffre d’affaires des entreprises en activité provient d’une stratégie digitale mise au goût du jour.

Pour évoluer, le modèle économique doit suivre les modes de consommation qui naissent. Il faut aussi être en mesure d’évaluer l’impact, ou le ROI (retour sur investissement) des campagnes marketing entreprises pour promouvoir des services/produits et gagner des clients. Les entités qui ont habilement su négocier le virage du numérique, sont celles qui affichent les meilleurs taux de croissance du marché. Elles ont aussi plus de facilité à rentabiliser leurs activités et à suivre les tendances émergentes. Cela prouve à suffisance que la transformation numérique est fortement liée à l’évolution et au développement de toute société.

Transformation numérique : mettre les clients au centre de l’attention

L’avènement du numérique a révélé des tendances et des modes de consommation qui mettent les clients à l’honneur. Aujourd’hui la clientèle est au cœur de toute stratégie marketing. Différents outils (les CRM) ont été développés pour traquer ses habitudes, connaître et anticiper ses besoins. Toutes ces informations sont autant de données qui permettent de créer de la proximité avec le client. Les interactions s’en trouvent nettement améliorées et ouvrent la voie à des offres plus personnalisées.

Au-delà des services ou des produits développés, il est tout aussi important de proposer une meilleure expérience client. Plusieurs canaux peuvent être utilisés à cette fin, les applications, les sites web ou mobiles, les réseaux et médias sociaux, les animations ou publicités sur les points de vente. Faut-il préciser que l’expérience client est l’un des leviers à faire jouer pour faire évoluer son business model ? Cette piste est donc incontournable pour de multiples raisons et doit être mise à jour en permanence.

Transformation digitale : fournir un environnement motivant aux collaborateurs

On en revient à l’importance des ressources humaines et à leur impact sur votre transition numérique. Développer en interne une culture digitale permet de conserver vos meilleurs éléments. Quand on sait que le développement des compétences via des formations a un coût, il faut tout mettre en œuvre pour retenir ses talents, surtout ceux spécialisés dans le digital. Ce sont des profils très recherchés, qui peuvent aisément être tentés par une nouvelle aventure s’ils ne se retrouvent pas dans un environnement motivant.

Autre enjeu de taille : savoir attirer de nouveaux talents. Pour faire passer un nouveau cap à une entité ou consolider sa position sur le marché, de nouvelles compétences sont nécessaires. Pour en acquérir, le recrutement est bien entendu, le mode d’acquisition par excellence, mais encore faut-il qu’il soit efficace. Dans cette optique, vous devez non seulement soigner votre marque employeur, mais aussi intégrer le recours aux logiciels RH. Ces outils sont utiles pour implémenter pleinement les process digitaux du recrutement et permettent d’exploiter les données qui découlent de leur utilisation.

 

Savoir mesurer ses performances

Il est vain de faire des erreurs si on n’en tire aucun enseignement. Dans cette optique, il faut se doter d’outils à même de donner des indications claires sur les actions réalisées et leurs conséquences. Les KPI (Key Performance Indicator) ou indicateurs clés de performance sont à préciser avant le début d’un quelconque processus de transformation numérique. En fonction des résultats obtenus, vous en saurez plus sur les pratiques à abandonner, celles qu’il faut conserver et les axes d’amélioration à aborder.

La transformation numérique comme vous avez pu le voir, inclut des actions à différents niveaux. Sa réussite repose moins sur les outils technologiques que sur l’implication des ressources humaines. En définitive, fournir un accompagnement de qualité aux collaborateurs, intégrer des solutions numériques adaptées, optimiser la gestion des talents digitaux et mesurer l’impact de ses actions sont les clés d’une transformation digitale réussie.